La transmission des forces en cours de mastication

Les exigences anatomiques de l’os de la mâchoire entraînent le fait que la transmission des forces doit si possible s’effectuer parallèlement à la surface de mastication et non pas verticalement par rapport à la force exercée par la force de mastication. La transformation de la force de mastication agissant horizontalement en une composante verticale par rapport à celle-ci est celle de la transmission des forces pour une dent naturelle, mais la dent naturelle dispose d’un mécanisme de suspension : des ligaments amortissent la force de mastication en la transférant sur l’os qui entoure la dent en tant que force de traction. Un implant, lui, doit transmettre la force de mastication à l’os sans aucun amortissement, or l’os n’est pas une substance homogène avec la même dureté partout.



Visualisation des mécanismes d’amortissement des Disk-implants. A gauche, amortissement (résilience) de la partie de l’implant qui croise la zone de l’os spongieux en cas de pression. A droite, résilience du porte-filet qui, en cas de forces agissant latéralement, se trouve au centre d’une barrette croisant lede base.